Cette étape est importante et compliquée car il faut éviter que la moindre goutte d’eau passe en dessous de la tôle ondulée en bacacier.

Nous utilisons donc du bacacier qui correspond à des tôles en métal.

Découpe du bacacier

On peut utiliser des outils de découpe style cisaille mais ces outils pour découper du métal sont chers. Par exemple une grignoteuse. On peut utiliser une disqueuse mais son grand désavantage est de projeter un peu partout des micro bouts de métal en fusion qui attaquent la couche protectrice de la tôle. On utilise donc des draps mouillés pour protéger la tôle et on disque avec la tôle retournée. Finalement, on remarquera des particules de métal se sont retrouvés sur le bardage, ce qui a provoqué de nombreuses tâches noires sur celui-ci. Il faut vraiment éviter la disqueuse et préférer les cisailles ou grignoteuses, voire une scie sabre.

Pose du bacacier

On pose le bacacier sur des liteaux (Voir article liteaunage). On vient le fixer grâce à des tire-fonds qui font 10 cm de hauteur.

  • Sur les pignons (les petits murs), on doit poser une rive de pignon (ou bande de rive) qui vient recouvrir une onde du bacacier et le bardage en dessous.
  • Si un mur touche un toit (dans notre cas, les jouées), il faut mettre une rive en solin (ou rive contre mur). Cette rive vient recouvrir l’onde du bacacier en bas et se fait recouvrir par le bardage en haut.

Il reste la problématique des bas de toit. On fait dépasser de 2 cm le bacacier pour que le bardage vienne se coller en dessous. On peut aussi rajouter des planches sous la tôle qui fait la jonction avec le bardage.

On pose la faîtière en dernier qui vient recouvrir le tout.

 

Remarques:

  • Lors de la pose des tôles, être sûr que les ondes correspondent entre les deux pentes, pour prévoir une pose facile de la faîtière.
  • Pour les bords des toits, connaitre la dimension de ses rives pour savoir comment les ondes doivent terminer le toit. Cela permet ensuite de poser facilement les rives.